Contrôle technique automobile : les points à savoir

Le contrôle technique est un examen périodique obligatoire, et qui doit être effectué tous les deux ans pour les véhicules automobiles dont le PTAC est inférieur ou égal à 3,5 tonnes.

Ce contrôle est seulement visuel et ne nécessite aucun démontage. Toutefois, il doit être effectué par un organisme agréé, aux frais du propriétaire du véhicule.

Le contrôleur vérifie 133 points de contrôle, afin de vérifier l’état des principaux organes du véhicule.

Retrouvons ensemble à travers cet article les quelques notions à savoir, liées à cet examen automobile.

Les obligations sur le nouveau contrôle technique

Le contrôle technique automobile permet d’éliminer de la circulation des véhicules classés dangereux, et portant atteinte à la sécurité des usagers de la route et à l’environnement.

Un test antipollution est également effectué sur les véhicules utilisant du diesel, afin de réduire le taux d’émission de CO2 dans l’atmosphère, avec la “loi de transition énergétique pour la croissance verte”.

Ce contrôle périodique ne peut être réalisé que dans des centres de contrôle agréés, et uniquement par des contrôleurs techniques agréés par les préfets de département.

La périodicité de ce contrôle dépend entièrement du type de véhicule, et de son année de première mise en circulation.

En effet, le contrôle technique des voitures particulières doit être effectué dans les 6 mois précédant le 4ème anniversaire de leur première mise en circulation, puis tous les deux ans.

Au terme du contrôle technique, un timbre ainsi qu’une une vignette seront collés sur le certificat d’immatriculation du véhicule, en guise de preuve de passage au contrôle :

  • La lettre A est apposée pour un contrôle technique validé.
  • La lettre S (pour sécurité ou sursis) est apposée pour la nécessité d’une contre-visite du véhicule dans les 2 mois suivant le premier contrôle.
  • La lettre R (refusé) est apposée pour un contrôle technique invalidé. Le véhicule ne devra donc plus être utilisé, et doit être soumis aux démarches de mise en destruction d’épave.

Toutefois, il est important, voire obligatoire d’effectuer le contrôle technique au plus tard une semaine après la date de fin de sa validation. En effet, un délai de contrôle technique dépassé peut engendrer l’immobilisation du véhicule, ainsi que la saisie de sa carte grise, avec une amende allant de 90 € jusqu’à 750 € suivant les conditions.

Quels sont les points de vérifications de ce contrôle ?

Les 133 points de contrôle sont répartis suivant les 9 fonctions ci-dessous :

  • La « visibilité » : incluant le champ de vision, les vitrages, les rétroviseurs, l’essuie-glace avant, le lave-glace avant et le système de désembuage.
  • Le « châssis et ses accessoires » : incluant le cadre et ses accessoires ainsi que la cabine et la carrosserie (état, fixation, portes et poignées, commandes, plancher, sièges, marchepieds, ainsi que tout autre équipement intérieur et extérieur).
  • Les « autres équipements » : incluant les ceintures de sécurité, les boucles et systèmes de retenue, l’extincteur, le Système de Retenue Supplémentaire (SRS), les serrures et le dispositif antivol, l’avertisseur sonore, le tachymètre, le triangle de signalisation, le tachygraphe, le contrôleur électronique de stabilité et le compteur kilométrique.
  • Les « nuisances sonores »
  • La « direction » : incluant l’état mécanique de la direction, la fixation du boîtier de direction, la direction assistée, la colonne et la rotule de direction, ainsi que l’usure des pneus.
  • Les « équipements de freinage » : état mécanique et fonctionnement des freins, performances et efficacités des freins de service, de secours et de stationnement, système antiblocage (ABS), système de freinage électronique (EBS), liquide de frein.
  • Les « essieux, roues, pneus et suspension »
  • « L’identification du véhicule » : plaque d’immatriculation et numéro d’identification du châssis ou de série du véhicule.
  • Les « feux, dispositifs et équipements électriques » : incluant les phares, les feux-de-position avant et arrière, les feux de stop, les feux de marche arrière, les feux de gabarit, les feux d’encombrement et feux de jour, le dispositif d’éclairage de la plaque d’immatriculation arrière, ainsi que tous les témoins obligatoires pour le système d’éclairage.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*