Le contrôle technique de véhicule est-il nécessaire avant un voyage ?

contrôle technique

Des statistiques sur le taux d’accidents de circulation routière tant sur le grand trafic urbain que rural dans quelques pays d’Europe ont démontré que la majorité étant dû à des dysfonctionnements mécaniques non prévus. Souvent jugés d’événements fortuits, ces drames aboutissent considérablement à des bilans alarmants avec un taux important de pertes de vie. Toutefois, paraît-il qu’un simple contrôle a priori peut suffire à endiguer le pire. Tout de suite les détails.

Contrôle technique de véhicule : que dit la loi ?

Le contrôle technique relève d’un régime juridique d’obligation légale découlant des lois et règlements relatifs aux transports et aux circulations. Ainsi, en 2015, la loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit des mesures pour réduire le taux d’émission de carbone. Elle impose également la prise en charge des contrôles divers par des centres de contrôle technique de véhicules particuliers homologués. En 2019, des réformes réglementaires ont été menées par le législatif. Dorénavant, tous particuliers doivent être en mesure de valider plusieurs points durant le contrôle (133 points d’après les dispositions de la nouvelle législation, comprenant une dizaine de catégories dont les papiers du véhicule, le système de freinage, le mécanisme de la direction, les feux de croisement, etc.). Sous peine d’une amende allant de 90 jusqu’à 135 euros, le non-respect de ces règles peut conduire jusqu’à des mesures plus contraignantes comme la mise en fourrière du véhicule, avec retrait de l’acte administratif portant attestation de l’immatriculation.

Partir en voyage : le check-up du véhicule

À côté des obligations imposées par les normes de la circulation, sachez que la réalisation d’un check-up de votre automobile est également indispensable. À cet effet, plusieurs points méritent d’être vérifiés.

Le niveau des liquides

Pour tout ce qui est du liquide, un examen du niveau de leur quantité doit être mené. Pour ce faire, organisez votre tâche par ordre d’importance. Concentrez-vous d’abord sur la pression du liquide de freinage. Testez la robustesse de vos plaquettes de freins hydrauliques grâce à une mise au point de la quantité de ce liquide. Ensuite, passez à la vérification de l’huile-moteur. C’est le principal élément assurant la fluidité de la transmission des forces motrices de l’automobile. Dans le cas où vous observez des anomalies au niveau de sa qualité, n’hésitez pas à planifier une vidange complète. Enfin, aux fins d’assurer un bon refroidissement de votre moteur face au risque de sur-chauffage, vérifiez la suffisance du liquide refroidisseur. Optez pour des marques de liquide ayant connu une réputation satisfaisante dans le domaine de l’industrie mécanique.

La pneumatique

Il s’agit du contrôle de la pression de vos pneus, mais également de leur état. D’une part, en ce qui concerne la pression, tout dépendra de la masse de la charge que votre véhicule va supporter durant son parcours. Par ailleurs, la quantité d’air suffisante pour vos pneus varie en fonction du type et des caractéristiques de la route que vous allez emprunter. Ainsi, vous pouvez varier le niveau de pression entre 1.8 bars et 3 bars. D’autre part, assurez-vous que l’état de tous les pneus leur permet de faire face aux rusticités du parcours. Méfiez-vous des traces de déchirures superficielles et réservez des pneus de rechange en bon état à titre d’équipements de secours.

Les feux avant et arrière

Bien que vous projetiez de voyager uniquement le jour, le check-up de tous les feux de votre véhicule demeure d’une importance capitale. En effet, le système d’éclairage joue un double rôle. Il permet, d’une part, aux autres usagers de la route de vous visualiser de loin. D’autre part, il vous sert d’éclaireur durant les parcours nocturnes ou brouillassés. Avec une petite leçon d’électricité proposée dans le manuel d’utilisateur de votre véhicule, vous parvenez indubitablement à trouver l’énigme du réseau de l’éclairage.

L’inventaire du matériel de dépannage

Avant de partir, prenez du temps à trier les outils dont vous vous servirez le plus pour remédier aux problèmes de panne. Incluez dans votre coffret de mécanicien vos triangles de signalisation et gilet catadioptriques, votre paire de gants, votre lampe torche ainsi que le petit chiffon jaune. Enfin, n’oubliez pas de mémoriser dans votre répertoire téléphonique le contact d’un centre de contrôle technique apte à répondre à tous vos besoins.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*